Nicolas Sarkozy : "Casse toi pauvre con !"

14
210

En visite au Salon de l’Agriculture hier matin, Nicolas Sarkozy a eu un écart de langage auprès d’un visiteur qui refusait de lui serrer la main : «Touche moi pas, tu me salis», lui dit celui-ci. «Casse-toi alors, pauvre con !», lui répond notre Président de la République. Vidéo de source LeParisien.

14 COMMENTS

  1. Il abuse un peu pour quelqu’un censé montrer l’exemple. Chirac lui au moins faisait genre de pas entendre.

    Il faut savoir garder son sang froid face aux gauchistes 😀

  2. Vous relayez la fausse citation qui envahit actuellement les médias !
    Les transcriptions écrites véhiculées par les médias inversent constamment l’ordre des phrases pour inverser les rôles lors de cette altercation au salon de l’agriculture. En faisant précéder la réaction de Sarkozy par le "tu me salis" du passant alors que c’est l’inverse, ils transforment l’agressant en agressé. Le Monde, libération etc. nous présentent un président qui réagit à une insulte alors que c’est Sarkozy qui provoque le premier ("casse-toi"). Contrairement à ce qu’écrivent les médias, "tu me salis" viens APRèS. Pourquoi cette inversion des rôles ? Parce qu’ils savent que bien des gens excuseront – ou approuveront – les écarts de langage de Sarkozy avec ce type d’arguments : "il a raison de pas s’laisser marcher sur les pieds. Tu veux p’t’être qu’i s’laisse insulter sans rien dire ?". Les réactions des politiques aux JT de ce soir sont aussi basés sur cette fausse citation qui pose Sarkozy en victime.

    Ceci étant souligné, puisque Sarkozy n’était pas insulté, à quoi réagissait-il ? Il réagissait en fait à la mise en péril de son scénario médiatique – le bain de foule souriant – par une réalité discordante (et oui tout le monde ne rêve pas d’être "touché" par le président!). Ne supportant pas ce peuple réel non scénarisé, il lui adresse ce "Casse-toi"… de ma com’ ! Voilà à mes yeux la signification politique de cette altercation, omise lorsque l’on ne regrette que les écarts de langage.

  3. quel gros con de merde cet enculé de président j’espère qu’il me lira… je me souviens le tête à tête (animé par Chabot) avec Royal quelques jours avant les élections, Sarko lui reprochait d’être incapable de garder son calme et que ça n’était pas digne d’un(e) président(e) 😮 Il a prouvé à multiples reprises qu’il ne mérite pas son poste 😉

  4. Aux armes citoyens ?!
    Exemple : quand on voit qu’on se fait refourguer du sans plomb à 10 balles le litre et qu’on ferme nos gueules, faut pas rêver y’aura de toute façon pas de prise de la bastille 2 le retour 😀

  5. Un "Casse-toi, pauvre con", que l’actuel président polonais Lech Kaczynski a lancé il y a plus de cinq ans à un homme qui le critiquait ouvertement dans la rue, n’a cessé de le poursuivre jusqu’à ce jour.

    Les mots employés en polonais "Spieprzaj dziadu" sont à peu près l’exacte traduction du "Casse-toi, pauvre con" proféré par le président français Nicolas Sarkozy samedi à un visiteur du Salon de l’agriculture à Paris.

    Le 4 novembre 2002, alors qu’il était en campagne pour se faire élire maire de Varsovie, Lech Kaczynski avait ainsi apostrophé un passant qui accusait les hommes politiques de fuir les problèmes "comme des rats".

    La scène s’était passée dans un quartier reculé de Varsovie, mais elle a eu pour témoins un journaliste et une équipe de télévision. Elle a été rapportée le lendemain dans l’influent quotidien Rzeczpospolita. Et surtout, la vidéo s’est retrouvée sur internet.

    Lech Kaczynski s’est constamment vu reprocher cette petite phrase lorsqu’il a été candidat à l’élection présidentielle à l’automne 2005. L’opposition libérale a alors parlé d’une "doctrine Casse-toi pauvre con" de Lech Kaczynski et de son frère jumeau Jaroslaw, pour désigner leur manque d’intérêt pour les exclus de la société.

    Un site, http://www.spieprzajdziadu.pl, a vu le jour et des milliers de gens se sont mis à porter un bracelet en plastique marqué du désormais célèbre "Spieprzaj dziadu".

    Le mot d’ordre est revenu en force durant la campagne des législatives anticipées d’octobre 2007, qui a débouché sur une défaite écrasante du parti conservateur des Kaczynski au profit des libéraux de Donald Tusk. Marginalisé, le président Lech Kaczynski a désormais une cote de popularité détestable.

    http://www.20minutes.fr/article/...

  6. Dans les autres pays la réplique a été détournée en :

    Sur le site Clarin (Argentine), la version sophistiquée : «Dégage, pauvre demeuré» («Rajá, pobre pelotudo»)

    Sur le site d’El Pais (Espagne) : «Tire-toi de là, pauvre couillon!» («¡Pírate, pobre gilipollas!»)

    Sur le site de la BBC (Royaume-Uni), la classe toute britannique : «Va-t’en, espèce d’imbécile d’heureux» («Get lost then you bloody idiot, just get lost!»)

    Sur le site du New York Times (Etats-Unis), qui reprend la dépêche signée Associated Press : «Alors barre-toi, abruti fini» («Then get out of here, you total jerk»)

    Sur le site de «Times» (Royaume-Uni), une version édulcorée : «Va te faire bip, triple buse» («P*** off, stupid sod»)

    Sur le site de «Die Welt» (Allemagne) : «Barre toi, tête de con» («Hau ab, du Dummkopf»)

  7. mais lool moi jlui en aurait retourné une a sarko quitte a me faire attraper par ses bodyguards…kel connard!!
    ici dans le metro sur des ecrans 5x5m env., ils passent la video de sarko sous titrées avec a la fin la tete de sarko au dessus d’un "pauvre con" entre guillemets….elle est belle l’image de la france a l’etranger…
    "chers concitoyens, j’ai decidé de dissoudre sarkozy…" ca serait tellement bon ca 😀

Comments are closed.