Schmidlin

« Vous avez deux heures pour quitter l’usine ». Voici les mots d’une entreprise suisse de construction de façades qui a licencié 390 salariés sans plan social, sans préavis, sans indemnités. La société bâloise de construction de façades Schmidlin, fortement endetté, a convoqué l’ensemble de ses employés au petit matin, pour leur laisser le temps de ranger leurs effets personnels et quitter l’entreprise. A 14h, les clés de l’usine ont été remises à l’administrateur judiciaire, et des vigiles bloquaient l’accès à l’usine. En Suisse, le plan social n’est pas une obligation, ce sont donc 390 nouveaux chômeurs, qui avaient un métier hier matin, dont 188 frontaliers français.

1 COMMENTAIRE

  1. bah ca…. c’est le risque qd tu taf en suisse…ils le savaient, c’est moche, mais c’est comme ca…

    peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre non +

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here